L’isolation écologique : l’alliance du confort et de l’efficacité

Vous le savez déjà, isoler son habitation de façon optimale est le meilleur moyen d’en profiter toute l’année. Avoir suffisamment chaud l’hiver, ne pas être indisposé par la chaleur l’été, n’est-ce pas la recette d’un foyer agréable ?

Dans ce but, améliorer l’isolation intérieure de votre logement prend tout son sens. De plus, vous pourriez même faire un geste pour la planète en diminuant votre consommation d’énergie, car cela vous permettra de faire des économies de chauffage et de climatisation.

Isolation d'une maison passive
Isolation d'une maison passive

L’isolation écologique met le curseur un peu plus haut en ce qui concerne le confort. En effet, il ne s’agit pas simplement de choisir des matériaux qui produisent peu d’émissions de CO2 au cours de leur cycle de vie, mais aussi de préserver la qualité de l’air intérieur de votre habitat.

Prêt à la découvrir ? Suivez-le guide !

Comment isoler sa maison écologiquement ?

Isoler sa maison dans le respect de la nature consiste essentiellement à choisir des matériaux écologiques pour améliorer l’étanchéité de son logement. Parmi eux, vous retrouverez notamment les produits biosourcés (chanvre, ouate de cellulose, laine de mouton, etc.). 

En outre, pour connaître les plus vertueux, vous pouvez vous fier aux fiches de déclaration environnementale et sanitaire (FDES) fournies par les fabricants.

Pictogramme Ampoule

Le saviez-vous ?

Une grande partie de l’énergie grise d’un matériau dépend du temps de transport. C’est pourquoi nous vous conseillons de faire appel aux filières locales pour vous approvisionner en matériaux. Vous vous rendrez compte que certains isolants naturels sont abondamment disponibles sur le territoire français : le chanvre, la paille et le textile recyclé en particulier.

Critères pour le choix d’un produit isolant

Choisir un isolant n’est pas toujours évident, mais quelques critères essentiels vous aideront pour orienter votre décision. De plus, en cas de doute, n’hésitez pas à faire appel à un professionnel.

Conductivité thermique

La conductivité thermique est l’un des principaux éléments pour calculer la résistance thermique R d’un matériau. En effet, le pouvoir isolant se mesure en divisant l’épaisseur (en mètre) par la conductivité thermique (W/m.K). Plus cette dernière est élevée, plus la matière est conductrice, donc moins isolante. Cela signifie que, pour parvenir à un degré de performance suffisant, il faut plus d’épaisseur avec un matériau moins isolant.

Pour rappel, l’obtention d’aides financières à la rénovation énergétique (MaPrimeRénov’, éco-prêt à taux zéro ou TVA à taux réduit) dépend de critères d’éligibilité qui incluent des niveaux de performances minimales. La résistance thermique finale (isolant + dispositifs de protection) estimée après travaux est donc déterminante pour en bénéficier.

Maison en bois ou maison à ossature bois

Inertie et déphasage thermiques

L’inertie thermique équivaut à la faculté d’un matériau d’emmagasiner la chaleur pour la restituer progressivement par la suite. Elle dépend en partie du poids et de la densité du matériau. Plus il est lourd et compact, plus son inertie thermique est importante. Une capacité thermique massique élevée indique que le matériau a une forte inertie thermique.

Le déphasage thermique, quant à lui, joue plutôt sur le confort d’été, car il correspond à l’aptitude du matériau à ralentir les transferts de chaleur et à différer les pics de température.

Régulation hygrométrique

Les isolants naturels ont généralement un meilleur comportement hygrométrique, que les isolants classiques, en raison de leur porosité. Cela signifie qu’ils emmagasinent et restituent l’humidité sans se détériorer grâce à leur perméabilité à la vapeur d’eau, un phénomène positif pour la qualité de l'air intérieur.

Classement au feu

Le classement et la réaction au feu doivent évidemment être pris en compte. Selon l’usage et le type de bâtiment isolé, ils seront plus ou moins importants. La plupart des isolants naturels sont sensibles au feu, c’est pourquoi ils sont souvent ignifugés au sel de Bore.

Longévité du matériau

Un isolant qui dispose d’une grande durabilité, c’est avant tout un matériau qui résiste aux agressions extérieures (insectes et rongeurs principalement), mais aussi qui ne soit pas trop sujet au tassement.

Isolation amenagement de combles
Choix de vos matériaux d’isolation
Faites appel à un professionnel pour vous conseiller

Coût moyen des éco-matériaux isolants

Le coût des éco-matériaux isolants est très variable, mais aujourd’hui on considère que l’ouate de cellulose présente un bon rapport qualité/prix, alors que le liège serait une option plus haut de gamme. 

Voici les ordres de prix pour les principaux matériaux isolants :

Isolant naturel

Résistance thermique (m²K/W)

Prix TTC moyen au m²

Ouate de cellulose

6

10 € à 25 €/m²

Laine de bois

6

20 € à 30 €/m²

Laine de chanvre

5

26 €/m²

Laine de mouton

2.78

10 € à 20 €/m²

Liège expansé

5

80 €/m²

Laine de lin

2.7

21,4 €/m²

Laine de coco

2.5

27 €/m²

Quelle isolation naturelle pour chaque partie de la maison ?

Bien entendu, certains isolants écologiques se révèlent bien plus adaptés à des segments spécifiques d’une demeure. Nous vous proposons donc de voir lesquels sont les plus conseillés selon les sections de votre habitat que vous souhaitez isoler.

Pour rappel, les portions à isoler en priorité pour une résidence indépendante sont les murs extérieurs. Dans le cas d’une maison mitoyenne, il s’agit de la toiture et des combles.

Combles perdus et rampants

Pour l’isolation des combles perdus et des rampants, la plupart des isolants biosourcés conviennent. On rappellera cependant que la paille est à éviter pour les rampants, en raison de son volume. Le chanvre, quant à lui, sera plus souvent choisi sous sa forme en rouleaux ou en vrac, pour isoler cette partie de la maison. À noter : l’isolation avec du vrac est environ 35 % moins coûteuse que celle avec des rouleaux.

Amenagement de combles amenageables

Isolation des murs par l’intérieur

Presque tous les isolants naturels sont adaptés à l’isolation des murs et des cloisons intérieurs. Cependant, une fois encore, la paille est à exclure, car cela diminuerait l’espace habitable. Elle peut éventuellement contribuer à l’étanchéité d’un mur, en tant que matière première, pour confectionner un enduit terre paille destiné aux revêtements de façade intérieurs. En ce qui concerne le chanvre ou le bois, mieux vaut privilégier les panneaux rigides en chanvre ou fibre de bois pour l’isolation thermique de toutes les parties verticales comme les cloisons.

Plancher bas

Pour l’isolation du plancher du rez-de-chaussée, seuls certains produits naturels conviennent.

Pour l’isolation des sols, on peut ainsi notamment citer :

  • le béton de chanvre (dalle chaux chanvre) ;
  • les panneaux de fibre de bois ;
  • le liège expansé (pour l’isolation phonique en particulier).
isolation plancher bas

Isolation par l’extérieur

L’isolation par l’extérieur est l’une des plus efficaces, car elle permet de supprimer la plupart des ponts thermiques. En outre, elle a l’avantage de ne pas rogner sur l’espace habitable et c’est sans doute la moins contraignante en cours de chantier.

Murs

L’isolation des murs extérieurs avec un isolant naturel peut être effectuée de bien des façons. Ainsi, elle exige parfois une ossature pour fixer les panneaux, rouleaux ou bottes de paille. Souvent, on déconseille la laine de mouton, trop sensible à l’humidité. Par ailleurs, différents matériaux sont fréquemment associés pour réaliser une isolation optimale. La plupart du temps, un sous-enduit et un enduit de finition sont nécessaires.

Toiture (sarking)

Textiles recyclés, liège, ouate de cellulose et laine de bois peuvent également servir à isoler la toiture par l’extérieur. Pour cette technique, on pose des panneaux sous la couverture du toit. Elle est particulièrement préconisée pour les toitures traditionnelles inclinées.

Confort d’été

Le confort d’été est essentiellement lié au déphasage thermique, il ne va donc pas forcément de pair avec une résistance thermique élevée.

Voici un aperçu des performances constatées : 

Isolant naturel

Confort d’été

Ouate de cellulose

Excellent

Laine de Bois

Excellent

Chanvre

Fort

Liège

Excellent

Textile recyclé

Fort

Paille

Excellent

Laine de mouton

Faible

Pour finir, rappelons que dans le domaine de l’isolation écologique, comme dans toutes les techniques du bâtiment en général, le résultat dépend en grande partie de la dextérité du professionnel. 

Il est impératif de sélectionner l’artisan ou l’entreprise qui saura poser l’isolant dans les règles de l’art. En effet, la qualité de la mise en œuvre joue beaucoup sur la durabilité d’un isolant.