Cloisonnement : bien délimiter votre espace intérieur

Le cloisonnement d’une maison permet de créer et délimiter les espaces : c’est ce qu’on appelle des cloisons de distribution. Séparer une pièce, aménager un dressing, créer une autre chambre : si vos pièces sont trop grandes ou mal agencées, l’installation de murs intérieurs est la solution. Fixes ou amovibles, pleines ou ajourées, isolantes ou non : vous trouverez forcément votre bonheur dans les différents types de cloisonnement intérieur. Quelle est la cloison la moins chère ? Quelles sont les meilleures cloisons ? Quels matériaux utiliser ? Faut-il privilégier une séparation amovible ou fixe ? Nous répondons à toutes vos questions  pour vous permettre de connaître la cloison la plus adaptée à votre projet !

verrière pour salle de bain
verrière pour salle de bain

À quoi sert une cloison intérieure ?

Comment cloisonner un espace ? Le cloisonnement est un élément important de votre aménagement intérieur. Il délimite l’espace, définit de nouvelles pièces, fluidifie les zones de circulation et augmente les volumes. Le tout sans avoir recours à du gros œuvre ! À la fois pratique et esthétique, la cloison se transforme même en élément de décoration. 

Attention à ne pas confondre cloisonnement et murs porteurs : la cloison est plus fine, avec une épaisseur comprise entre 5 et 10 cm. Elle ne constitue pas la structure du bâtiment et peut être installée ou retirée de manière indépendante.

Que ce soit pour un projet de rénovation de maison ou de construction, nous vous expliquons comment fonctionne le cloisonnement indépendant pour que vous puissiez trouver la cloison qui correspond exactement à vos envies.

Les types de cloisonnement de maison

On distingue 6 types de cloisons d’intérieur :

1
 

La cloison amovible

Elle sépare physiquement une pièce en deux sans constituer une solution définitive pour autant. Elles sont très légères et assez peu robustes

2
 

La cloison sèche

Elle est souvent en plâtre, en brique ou béton cellulaire

3
 

La cloison en verre

Elle s’achète sous forme de pavés de verre pour de petites surfaces ou des pièces d'eau.

4
 

La cloison pour pièce humide

Elle est dédiée aux pièces avec forte hygrométrie.

5
 

La cloison japonaise

Elle s’inspire de la culture orientale et peut être coulissante ou non.

6
 

La cloison végétale

Constituée de plantes, elle apporte une touche de verdure en intérieur.

cloison verrière cuisine
Nous vous aidons dans la réalisation de vos travaux
Obtenez une estimation maintenant

Les matériaux utilisés pour la séparation de pièce

Pour le cloisonnement, différents matériaux peuvent être utilisés. Tout dépend de vos goûts et des performances recherchées, mais aussi de l’utilisation finale de la cloison installée.

1
 

La plaque de plâtre

Comment faire une cloison légère ? Sans conteste, vous devez utiliser le plâtre pour combiner performance et légèreté. C’est le matériau le plus utilisé pour les cloisons sèches. Très rapide à mettre en œuvre, il permet de couvrir des grandes surfaces. Ce cloisonnement offre une isolation acoustique correcte si la pose est parfaite. La plaque de plâtre peut être hydrofuge (résistante à l’eau), acoustique (propagation des sons), de haute dureté (résistante aux chocs) ou encore incombustible (résistante au feu). Il existe même des modèles capables d’assainir un intérieur : en effet, ils absorbent les composants organiques volatils présents dans la maison.

2
 

Le carreau de plâtre

Pour profiter d’une simplicité d’installation et d’une bonne résistance, le cloisonnement aux carreaux de plâtre est une bonne solution. C’est le matériau classique pour les cloisons humides puisque offre une excellente résistance au feu et une résistance mécanique. Il encaisse bien les chocs, ce qui permet de réaliser de grandes cloisons en hauteur. Ses performances acoustiques sont toutefois moyennes et son poids important : il faut donc un sol suffisamment solide. Le carreau plein est le plus résistant, tandis que le carreau alvéolaire permet de passer des gaines puisqu’il est plus léger.

3
 

Le béton cellulaire

Naturellement performant, le cloisonnement avec béton cellulaire offre une excellente performance niveau acoustique. C’est un matériau léger et aussi solide qu’un parpaing. Il est hydrofuge et ininflammable. Pour la réalisation de cloisons, il convient autant aux pièces sèches qu’humides. Sa mise en œuvre est toutefois assez peu répandue en France puisque peu d’artisans sans compétents pour l’installer.

4
 

La brique en terre cuite

Le cloisonnement en brique en terre cuite convient pour les cloisons assez lourdes et difficiles à installer. Elles offrent peu d’isolation sonore, mais sont très robustes. De plus, la brique régule l’humidité ambiante d’une pièce et offre un meilleur confort thermique en été. Ce matériau possède la capacité de laisser passer l’air entre les pièces : il est dit respirant. Naturellement hydrofuge, il convient pour les pièces humides.

5
 

Le verre

Enfin, le verre peut être utilisé sous deux formes de cloisonnement. La plus connue est la verrière présente dans les pièces à vivre pour séparer deux espaces (souvent un salon et une cuisine). Tout en transparence, les panneaux de verre sont souvent associés à une structure en acier ou en aluminium. La brique de verre (ou pavé de verre) permet aussi de jouer avec les finitions pour différents rendus (colorés ou non, translucides ou opaques, texturés, etc.). La brique de verre est hydrofuge et trouve sa place dans les pièces d’eau.

cloison en verre

Comment construire une cloison intérieure en bois ?

Il y a un matériau dont nous n’avons pas parlé dans la liste ci-dessus, c’est le bois : c’est un type de cloisonnement qui ne s’improvise pas et nécessite de solides connaissances en menuiserie. Généralement, monter une cloison en bois permet de créer une séparation ou de cacher un mur peu esthétique. Ce matériau offre plusieurs avantages, comme son prix, son esthétisme et ses performances en matière d'isolation thermique.

Pour installer un cloisonnement en bois, voici les étapes :

  • Choisir le type de bois : le lambris pour une cloison légère et esthétique, des panneaux de bois pour la rapidité à monter ou des planches de sapins rabotées pour un aspect brut et chaleureux.
  • Définir l'emplacement et les mesures de la cloison : faites un plan à l’échelle de la pièce pour choisir le meilleur emplacement, visualisez le tout sur les murs et le sol avec un cordeau à tracer, une règle et un crayon. Vérifiez la verticalité avec un fil à plomb et déterminez les points d’ancrage (sol, plafond et murs adjacents). Prenez les mesures et calculez la quantité de matériaux nécessaires pour monter votre cloison.
  • Installer l'ossature basse et haute : coupez les lambourdes qui seront fixées au sol et au plafond aux bonnes dimensions avec une scie sauteuse, vissez les lambourdes au sol et au plafond. Vérifiez l'horizontalité avec un niveau à bulle (au besoin, rectifiez le niveau avec des cales en bois). Percez et vissez tous les 30 cm en utilisant une visserie adaptée. Fixez ensuite les lambourdes dans le plafond en utilisant une visserie adaptée au matériau.
  • Fixer les montants verticaux : posez le premier montant vertical, puis fixez les montants suivants.
  • Poser la cloison en bois : et profitez de votre cloisonnement sur-mesure !

Quelle est la cloison la moins chère ?

Le prix de chaque matériau de cloisonnement varie, mais la cloison la moins chère sera obtenue avec le plâtre. C’est le matériau le moins onéreux à un prix de 3 € le carreau et 5 à 15 €/m². À l’inverse, une cloison en bois peut coûter 30 à 60 €/m². Pour vous donner un ordre d’idée, voici le coût hors pose des autres matériaux :

  • 20 €/m² pour le placo ;
  • 20 à 60 €/m² pour le béton cellulaire ;
  • 70 €/m² pour les briques en verre
cloison en bois

Les avantages et inconvénients d’une cloison amovible

Une cloison amovible est un cloisonnement non-fixe : elle peut glisser, se replier ou pivoter selon votre besoin. Par exemple, une cloison coulissante peut servir de porte de placard, tandis qu’une cloison sur pied se déplace à l’envie. La cloison accordéon n’est pas la plus esthétique, mais c’est la plus économique. Le panneau japonais est le plus réputé en décoration et permet le passage de la lumière. Simple et fonctionnelle, la séparation amovible révolutionne l’aménagement intérieur.

Les avantages de la cloison amovible sont nombreux puisqu’elle offre une optimisation des espaces de vie : elle fractionne un espace selon les besoins, elle permet de créer des espaces de travail fonctionnels, elle contribue à mieux isoler phoniquement les espaces, elle s’installe facilement et se déplace avec aisance. Elle peut être très décorative pour apporter une note originale dans un intérieur. Enfin, elle peut couper de la lumière ou au contraire la laisser filtrer.

Niveau inconvénients, on notera plutôt sa fragilité et sa faible isolation. En effet, le cloisonnement amovible offre une isolation phonique faible et reste très fragile : il faut manipuler la cloison avec précaution.

Vous avez envie de modifier l'agencement de votre habitation ?
Trouver un professionnel

Des murs intérieurs pour chaque besoin

Il existe un type de cloisonnement pour répondre à chaque besoin spécifique. En matière de cloisons de distribution, l'innovation est forte : il y a autant de solutions que de problématiques !

Pour une pièce humide

Vous avez besoin d’aménager une pièce d’eau comme une salle de bain, une cuisine ou des toilettes ? Choisissez un matériau résistant aux risques de moisissure, c’est-à-dire hydrofuge, pour votre aménagement de salle de bain. Le cloisonnement le plus répandu est en plâtre. Autre solution possible : le carreau de plâtre hydrofuge, plein ou alvéolaire. Enfin, les matériaux résistants à l’eau sont aussi pertinents : la brique en terre cuite ou les carreaux de béton cellulaire. Leur mise en œuvre est toutefois plus complexe et plus longue que pour une cloison en plaque de plâtre.

Douche à l'italienne moderne avec des parois de style verrière

Pour un air plus sain

Nos intérieurs sont contaminés par les composés organiques volatils (COV) provenant des meubles, des produits ménagers, des parfums, etc. Ils peuvent être nocifs pour notre santé. Il existe donc des cloisonnements en placo qui agissent comme des dépolluants. La plaque capte les composés organiques volatils et les rend inoffensifs. Niveau performance, il est possible réduire jusqu’à 80 % de la concentration de formaldéhyde dans l’air ambiant. C’est un type de cloisonnement idéal pour les chambres, les salons ou les salles de jeux.

Pour accrocher des objets lourds et résister aux chocs

Si vous avez besoin de cloisons ultra-résistantes, deux solutions s’offrent à vous :

  • Des plaques de plâtre très haute dureté montées sur une ossature métallique : très performante et deux fois plus résistante aux chocs qu’un mur en parpaing creux, cette cloison permet la fixation d’objets très lourds (comme un écran plasma ou des meubles de cuisine).
  • La cloison maçonnée : moins performante et plus fastidieuse à installer, cette cloison peut être en carreau de plâtre, carreau de brique en terre cuite ou béton cellulaire. Une épaisseur plus importante apporte une meilleure performance. Si vous optez pour du carreau de plâtre, nous vous recommandons de choisir du carreau plein.

Pour être au calme

L’installation de cloison permet également d’améliorer l’isolation acoustique d’une pièce. Les cloisons maçonnées (carreau de plâtre, béton cellulaire) offrent une solution simple et fonctionnelle à partir d’au minimum 7 cm d’épaisseur. Il est aussi possible d’associer une plaque de placo avec un panneau isolant de laine de verre pour un maximum de performance (il est alors conseillé de choisir une épaisseur de laine de 70 mm).

Pour une grande hauteur sous plafond

Si votre plafond fait plus de 3 mètres de hauteur, il est commun de choisir un cloisonnement maçonné (humide) plutôt que des cloisons sèches. Dans ce domaine, une cloison en carreau de plâtre ou en terre cuite est un très bon choix. Pour installer une telle cloison, il faut toutefois doubler les montants et les plaques (au minimum), ce qui nécessite une mise en œuvre plus complexe pour un coût forcément moins intéressant. 

Pour laisser passer la lumière 

Enfin, si vous désirez améliorer la luminosité de votre intérieur, le verre est la meilleure solution. Les options sont multiples : brique de verre, panneaux de verre, verrière d’intérieur, etc. Les formes, motifs, finitions et couleurs sont aussi déclinables à l’infini. Le cloisonnement en verre se veut comme un atout déco pour votre aménagement d’intérieur. Par exemple, la verrière avec ses fins profilés en aluminium (ou acier) est très tendance et fait le lien entre lumière et cloisonnement. L’utilisation du verre agrandit visuellement l’espace de la pièce pour y apporter d e la légèreté. Le claustra en bois peut également joliment délimiter l’espace pour laisser passer la lumière. 

Cuisine lumineuse ouverte cloison

Cloisonnement : ce qu’il faut retenir

Le cloisonnement d’intérieur est une excellente solution pour structurer son intérieur, créer de nouveaux espaces et apporter du cachet à sa décoration. Vous avez l’embarras du choix au niveau des matériaux, ce qui vous permet de laisser cours à votre créativité ! Cependant, monter une cloison en dur ou amovible chez soi peut représenter un chantier difficile, et il est préférable de ne pas faire d’erreur pour garantir votre sécurité. Nous vous accompagnons dans votre projet de rénovation ou de construction de maison de A à Z. Nos architectes d’intérieur étudieront vos besoins et vous proposeront la solution la plus adaptée pour combler toutes vos envies !

Ce qu'en disent nos clients

Cloisonnement : découvrez également