Travaux immobiliers: quelles tendances chez les Français?

Près d’1 français sur 2 (en particulier les 25-34 ans) souhaite être accompagné dans la réalisation de ses travaux

hemea, studio digital d’architecture et de rénovation, et Artemis Courtage, courtier en prêt immobilier et assurance emprunteur, ont fait réaliser une étude par Opinionway “Travaux immobiliers : Quelles tendances chez les Français ?” auprès d’un échantillon de 1004 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Destinée à évaluer la propension des Français à faire des travaux, les moyens financiers qu’ils sont prêts à mobiliser et l’image des travaux en général, elle révèle les grandes tendances immobilières de l’année 2021, marquée par une succession de confinements longs et anxiogènes.

Chiffres clés :

  • 3 Français sur 5 sont prêts à acheter un logement principal qui nécessiterait des travaux
  • 1 Français sur 2 envisagerait de rénover son logement dans les 5 ans suivant l’acquisition du bien
  • 46% (59% chez les moins de 35 ans) déclarent qu’il est utile d’avoir un chef de chantier plutôt que de passer en direct avec des entrepreneurs
  • Pour financer leurs travaux, 25% des Français sont prêts à recourir à un prêt travaux immobilier (surtout pour les gros travaux)
  • Le budget travaux moyen envisagé est plus élevé dans les villes de 20 000 à 99 000 habitants qu’à Paris !

Les principaux enseignements de l’étude

La rénovation prend le dessus sur le neuf ! C’est une des grandes tendances que l’étude révèle (plus particulièrement chez les jeunes de moins de 35 ans). 3 français sur 5 (près de 72% des jeunes âgés de 25 à 34 ans) se projettent dans l’achat d’un logement principal qui nécessite des travaux. Le temps de l’acquisition est le moment idéal pour réaliser des travaux dans son logement, surtout s’il s’agit de travaux importants.

Concernant le budget alloué aux travaux, il est en moyenne assez élevé : plus la somme investie est importante, plus le recours à un prêt travaux d’une part, et à un courtier immobilier d’autre part, sont envisagés.

L’idée de faire des travaux dans un logement est largement vue comme une nécessité, et même comme un plaisir ! Malgré cela, 74% des répondants craignent les malfaçons. La solution ? Être assisté par un chef de chantier pour 46% des personnes interrogées.

« A la suite de la crise sanitaire et plus particulièrement des différents confinements, l'importance du logement dans la vie quotidienne des Français s’est accentuée. Le logement principal s’est transformé en bureau, en école, en salle de sport… Bref, le logement a muté. Avec cette étude nous avons voulu comprendre quelles étaient les nouvelles attentes des Français. On voit que la rénovation devient prépondérante, et entraîne un besoin d’encadrement et de suivi personnalisé des travaux immobiliers. La conception devient aussi importante que la réalisation des travaux pour éviter les mauvaises surprises. Investir dans l’immobilier oui, mais en optimisant son argent… et son temps !” déclare Yann Depoys, COO de hemea.

Être accompagné dans la réalisation de ses travaux : une nécessité pour tous les budgets

Les Français déclarent disposer d’un budget moyen de 25 095 euros pour leurs travaux et plus de la moitié d’entre eux sont d’ores et déjà prêts à investir une somme supérieure à 9 000 euros.

Le budget est très fluctuant suivant les régions. On remarque d'importants écarts, entre le Sud Est, où le budget moyen dédié aux travaux est de 40 796 euros, et le Sud Ouest, où il est de 16 722 euros. On note aussi une vraie disparité entre les villes (et ce n’est pas la région parisienne qui est en tête !) : dans celles de 20 000 à 99 000 habitants les acheteurs envisagent un budget moyen plus élevé : 42 727 euros, alors qu’en agglomération parisienne, le budget moyen pour des travaux s’élèverait à seulement 24 136 euros.

Par ailleurs, les Français semblent attachés à l’idée d’inclure dans leur budget un chef de chantier qui supervisera leurs travaux. S’ils décident de faire appel à des professionnels pour leur rénovation, ils sont plus de 46% à déclarer qu’il est utile d’avoir un chef de chantier plutôt que de passer en direct avec des entrepreneurs. Cette tendance est d’autant plus importante chez les jeunes, qui sont plus de 59% à estimer indispensable la présence d’un chef de chantier.

Ces chiffres montrent que les Français sont prêts à effectuer des travaux à un coût raisonnable tout en profitant de conseils d'experts et d’un suivi personnalisé afin d’éviter les malfaçons - malheureusement encore trop souvent fréquentes.

Les 25-34 ans prêts à investir gros pour un projet immobilier réussi

Les jeunes entre 25 et 34 ans montrent la plus forte prédisposition à se lancer dans des travaux de rénovation. Ils sont plus réceptifs à l’idée de refaire leur nouveau logement principal: 72% contre 52% des personnes de plus de 50 ans. S’ajoute à cela la volonté d’effectuer ses travaux rapidement, au maximum dans les 4 ans qui suivent l’acquisition d’un bien. Si la rénovation ne représente pas un frein à l’achat, les gros travaux n’effraient pas les 25-34 ans non plus : 27% d’entre eux sont réceptifs à l’idée de réaliser des travaux de grande ampleur.

Cette jeune génération serait prête à investir plus toutes générations confondues pour ses travaux immobiliers : 49 923 euros. Investir, rénover, à condition d’être accompagné.

Le confinement : un moteur pour la réalisation de travaux de rénovation

Les Français en général sont enclins à effectuer des travaux dans leur logement. Une grande majorité d’entre eux ne semble pas effrayée à l’idée d’effectuer des travaux dans son logement principal : 59% d’entre eux seraient prêts à acheter un logement qui nécessite des travaux de rénovation, et 20% seraient même prêts à effectuer de gros travaux. Pour 36% d’entre eux, il serait même inconcevable d’acheter un bien qui ne nécessite aucune rénovation. Cette forte tendance à la rénovation a été impulsée par les multiples confinements, pour 47% des répondants (augmenter la valeur du bien, réagencer l’espace, gagner en confort de vie…).

Les Français prêts à faire appel à un courtier en crédit immobilier pour la réalisation de gros travaux de rénovation

Certes, plus d’1 français sur 2 (58%) envisagerait d’utiliser son épargne pour financer ces travaux. Certains envisagent aussi les prêts intra-familiaux. Mais ils seraient nombreux à effectuer un emprunt travaux immobilier (25%) ou encore un prêt à la consommation (12%). Le type de financement est corrélé au montant des travaux réalisés : plus le montant des travaux est important, en moyenne supérieur à 8 000 euros, plus les Français auront tendance à privilégier les prêts immobiliers.

Par ailleurs, près d’un tiers des personnes interrogées (34%) pourraient faire appel à un courtier en prêt immobilier pour identifier et négocier le meilleur prêt. L’appel à un courtier est principalement motivé par la réalisation de travaux conséquents au moment d’une acquisition immobilière (entre 8 000 et 15 000 euros). Les femmes (39% contre 28% pour les hommes) sont les plus enclines à faire appel à un courtier en crédit immobilier , de même que les jeunes âgés de moins de 35 ans (55% contre 27% pour les 35 ans et +) et… les CSP+ (44% contre 23% pour les inactifs).

“Comme le révèle l’étude, les Français sont de plus en plus désireux d’agrandir, de rénover et d’améliorer le confort et l’efficacité énergétique de leur résidence principale, secondaire ou locative. Pour financer des travaux, ils ont accès aujourd’hui à une grande diversité de prêts avec leurs avantages et inconvénients. Ainsi, faire appel à un courtier en crédit immobilier leur permet de trouver le prêt travaux le plus adapté à leur profil, leurs  besoins et leurs capacités de remboursement.” précise Ludovic Huzieux, co-fondateur d’Artémis courtage.

Retrouvez l'histoire de hemea

Besoin d'un entrepreneur vérifié pour vos travaux ?
Obtenez une estimation maintenant
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une expérience optimale.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.